Un père, c’est quoi cette bibitte-là?

Par défaut

Du haut de mes 60 ans, 11 mois et 8 jours, je repasse ma vie de parent. Je suis devenu père à 22 ans. Sébastien se joignait à la famille. Et re-père à 23 ans. Isabelle prenait sa place parmi nous.

Deux enfants en 12 mois et 12 jours, ça change une perspective familiale. Deux enfants totalement différents, j’oserais dire à l’opposé l’un de l’autre. Autant Sébastien était introverti, autant Isabelle était extravertie. Sébastien consacrait son énergie à pleurer pendant 9 mois, jusqu’à ce qu’il se mette à marcher, et Isabelle consacrait son énergie à plaire à son entourage.

Et l’évolution suivait son cours, Sébastien devenait de plus en plus une petite boule d’énergie qui cherchait à courir pour peut-être devancer la vie, peut-être son subconscient savait-il qu’il ne vivrait que 35 ans.

Et Isabelle, durant ce temps, apprenait à PARLER, et Dieu sait qu’elle a appris très vite. Elle apprenait à parfaire sa technique pour plaire à tout ce qui l’approchait. Elle a vite appris à faire elle-même ses choix de vie. Elle a trébuché et s’est relevée prestement sans en vouloir à personne d’autre qu’elle-même.

Tout ce long préambule pour vous dire qu’être père n’est pas une vie qui ressemble à un long fleuve tranquille. Cette vie est parsemée de pièges et d’embûches, mais aussi de super beaux moments. Il n’existe pas de « manuel de l’usager » qui vient avec l’enfant. Le rôle de père est donné à quiconque aléatoirement, sans restriction, sans jugement et sans élitisme. Les riches comme les pauvres, scolarisés ou pas, mais il reste une constante infaillible, nous ne sommes pas prêts à faire face. Nous apprenons tous par le biais d’essais/erreurs. Nous nous perfectionnons à chaque instant de notre vie. Est-ce que nous réussissons? Ma réponse est oui! Sans l’ombre d’un doute.

Un père est là pour épauler, coacher, aider. Ce qui veut dire que l’enfant choisi son chemin par lui-même. Nous n’avons pas à lui dicter sa conduite mais bien de l’aider et de le conseiller dans ses choix de vie. Il doit suivre son instinct et faire ses propres choix. Seront-ils conformes à nos désirs. Peut-être que oui et très possiblement ils ne le seront pas, et c’est normal et correct. Nos enfants n’ont pas à vivre nos vies, mais leurs vies.

Nous les pères avons, comme les mères, un emploi à vie pour nos enfants, soit d’êtres parents, tout simplement. Je peux vous assurer d’une chose cependant, peu importe que vous pensiez avoir réussi ou pas votre rôle de père, les enfants reviendront toujours vous trouver pour un conseil, quand ils en auront besoin. Et c’est à ce moment que vous saurez que vous avez fait votre job.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s